Death Valley

death valley parc national usa

Visiter Death Valley National Park

On nous a fortement déconseillé de visiter Death Valley au vu des chaleurs extrêmes annoncées en plein été… Mais que voulez-vous ? A cœur vaillant, rien d’impossible !

Visiter Death Valley à 14h ? Mauvaise idée !

Est-ce de l’audace ? Ou seulement de la témérité ?

On se retrouve planté là devant les portes de Death Valley un samedi 23 juillet, à 14h après avoir visité la ville fantôme de Rhyolite le matin même. Autant dire que nous avons réussi à cumuler les meilleures conditions pour explorer la Vallée de la mort, et rendre hommage à la douceur de ce nom lugubre comme il se doit.

Soleil brûlant, chaleur étouffante, températures suffocantes… Il fait près de 50 degrés et pas un poil d’ombre ni de vent…

Rien que le fait de prendre la photo du panneau signalant notre entrée dans Death Valley nous demande un effort extrême ! On sort à peine 5 mn de la voiture que l’on transpire déjà à grosses gouttes… On se rend compte que Death Valley est un véritable brasier, et ce n’est que le début de l’enfer…

Dernières précautions avant d'entrer à Death valley

Avant de se lancer dans notre visite de Death Valley, notre dernière once de prudence nous demande de checker nos vivres achetées à Beatty : de l’eau, de l’eau, de l’eau et encore de l’eau… Un coffre rempli d’eau, rien que ça (4 gallons soit l'équivalent de 8 bouteilles d'1,5L) !

Quand à nos accessoires de survie ? Gazoil : ok ! Clim : ok ! 3G, Google maps, réseau téléphonique : néant ! On récupère la carte du parc, et c’est parti pour l’aventure !

Visiter Death valley en 1/2 journée

Nous voilà lancés sur les routes d’un splendide décor désertique et minéral. Pendant cette ½ journée, on décide d’oublier les routes de terre et les randonnées du parc, pour se limiter aux points de vues conférés par la zone sud de Death Valley :

  • Furnace creek : une oasis artificielle regroupant hôtel, terrain de golf, restaurant et camping. On y trouve aussi un musée et « Old Dinah », une vielle locomotive exposée en plein milieu de Furnace Creek. On ne s’y est pas attardé car le moindre de nos mouvements nous coûte de l’énergie.
  • Golden Canyon : une petite balade que nous avons dû abandonner pour ne pas risquer la déshydratation.
  • Zabriskie Point : ce point de vue expose un paysage lunaire creusé par l’érosion.
  • Badwater : le point le plus bas d’Amérique du Nord. Situé à environ 85 mètres en dessous du niveau de la mer, c'est l’endroit le plus chaud de Death Valley ! Avis aux amateurs de sensations fortes : il faut marcher 500 m pour admirer pleinement l’immensité de la plaine de sel qui s’étend à perte de vue.
  • Artist’s Palette : situé sur la Artist Drive, Artist's Palette nous offre le spectacle de formations rocheuses multicolores (rouge, vert, violet). Une étrange carnation pourtant naturelle puisqu’elle résulte de l’oxydation des métaux présents dans la roche.
  • Mesquite Flat Sand Dunes : un paysage de dunes de sable, on se croirait en plein désert du Sahara !

En bref, Death Valley nous dévoile une richesse de paysages d’une beauté surnaturelle, tous plus surprenants les uns que les autres. Notre seul regret ? Les conditions climatiques qui ont restreint notre visite.

Un parc national à l’antipode de notre prochaine escale : Yosemite national park !

En bonus : Voici la carte du parc national de Death Valley.